Vendredi 7 Février 2020

Hotelis ouvre une agence à Berne

Chantal Witz.jpg

Le spécialiste du placement fixe et temporaire dans les métiers de l’hôtellerie-restauration inaugure une nouvelle filiale dans la capitale. Un développement logique pour le leader suisse de son secteur, déjà solidement implanté outre-Sarine grâce à sa succursale zurichoise, et qui pourra compter sur l’expertise de Chantal C. Witz pour développer ses activités à Berne. L’occasion aussi pour la responsable d’opérer un retour aux sources, après avoir dirigé durant cinq ans l’agence Hotelis de Sion.

Chantal C. Witz, vous êtes la responsable de la nouvelle agence Hotelis de Berne. Que représente cette ouverture respectivement pour vous et Hotelis?

A titre personnel, c’est un retour aux sources. Née à Bâle mais originaire d’Erlach (BE), j’ai vécu dès l’âge de 12 ans dans la capitale et j’y ai fait toutes mes classes, ainsi qu’une école hôtelière. A la suite de plusieurs stages, notamment à St. Moritz et à l’étranger pour perfectionner mes connaissances linguistiques, je suis revenue à Berne pour y travailler une dizaine d’années à l’hôtel Allegro, un 4 étoiles de catégorie supérieure au sein duquel j’ai gravi les échelons jusqu’à devenir Guest Relation Manager, tout en passant un brevet fédéral. Pour Hotelis, l’inauguration de cette filiale est une manière de consolider sa présence en Suisse alémanique en se rapprochant d’un marché qui était jusqu’alors piloté de Zurich.

Quels sont vos objectifs pour 2020?

Nous allons concentrer nos efforts sur la ville de Berne, qui compte deux hôtels de 5 étoiles et une quinzaine de 4 étoiles de catégorie supérieure, ainsi qu’une offre de parahôtellerie particulièrement développée et un grand nombre d’établissements en tout genre (restaurants, bars, restaurants de collectivité, traiteurs, événementiel, hôpitaux, EMS, etc.). Par ailleurs, notre volonté est d’ouvrir à terme une agence à Lucerne, et de nous étendre aussi prochainement à Bâle.

Quels atouts Hotelis entend-il faire valoir à Berne?

D’une part, nous y sommes la seule enseigne spécialisée dans l’hôtellerie-restauration. D’autre part, nous pouvons nous prévaloir du titre de leader helvétique du placement fixe et temporaire dans les métiers de l’hôtellerie-restauration. Nos partenaires – exploitants et collaborateurs confondus – savent que nous sommes tous issus de la branche, au sein de laquelle nous avons tous travaillé de nombreuses années et dont nous comprenons intimement les enjeux. Cette expérience de première main nous aide à nouer des liens de confiance; elle nous permet également de comprendre les conditions dans lesquelles travaillent les professionnels d’un secteur ultraconcurrentiel. Au sein de l’agence, j’aurai également la chance de pouvoir compter sur les talents de la consultante Juliette Lingg, fille d’hôteliers à Zermatt.

Quel regard portez-vous justement sur ce milieu dont vous êtes issue?

Il est extrêmement dynamique en Suisse, notamment grâce à l’essor réjouissant des nuitées. Mais au-delà de ce trend positif, je reste très attachée aux métiers de l’hôtellerie-restauration en raison des belles expériences que j’y ai vécues, et parce qu’ils permettent – au même titre que ma fonction actuelle – d’être au contact de gens passionnants et de situations professionnelles toujours différentes. Il n’y a jamais de routine dans l’hôtellerie-restauration!

A quel moment avez-vous choisi de rejoindre Hotelis?

C’était en 2011. A cette époque-là, je travaillais dans un hôtel de Crans-Montana dont l’ouverture a été retardée à plusieurs reprises, raison pour laquelle j’ai participé en tant que consultante à l’ouverture de l’agence Hotelis de Sion. Trois ans plus tard, j’en ai été nommée responsable et, avec l’aide d’une équipe aussi motivée que compétente, nous l’avons développée en collaborant activement avec les opérateurs touristiques et les professionnels du canton. La décennie que j’ai passée en Valais a été riche à tous les points de vue, y compris personnel, puisque cela m’a aussi permis de renouer avec une partie de ma famille qui exploite un hôtel à Saint-Léonard, où je me suis souvent rendue en vacances. Aujourd’hui, je suis heureuse et fière de pouvoir relever un nouveau défi au sein de cette entreprise dont j’apprécie le dynamisme.

A découvrir également

Voir toutes les news