Vendredi 7 Février 2020

Interiman Group? «Motivant, dynamique, humain»

Article_hermès.jpg

Tels sont quelques-uns des termes spontanément cités par les collaborateurs du groupe pour qualifier l’entreprise qui les emploie lors de l’enquête de satisfaction menée l’an dernier à l’échelle de toute la Suisse. Réalisé pour la deuxième fois après 2017, ce vaste sondage conduit par l’institut indépendant Mediactif souligne également la fierté et la loyauté des équipes vis-à-vis d’un groupe qui tient compte des résultats de la consultation pour améliorer ses prestations à l’interne.

Chaque enquête de satisfaction est la photographie d’une entreprise à un instant T, et, si les résultats sont toujours riches d’enseignement, ils obligent aussi la direction à faire preuve d’une certaine humilité si elle veut tenir compte des commentaires qui lui sont faits de manière anonyme par ses collaborateurs. L’expérience, Interiman Group l’a tentée pour la première fois en 2017 en faisant appel à l’institut indépendant Mediactif, spécialiste en la matière avec plus de 1000 études en une trentaine d’années, avec à la clé un certain nombre de mesures concrètes prises dans la foulée. «Nous avons par exemple harmonisé le droit aux vacances au sein du groupe, étant donné qu’il subsistait des disparités entre régions linguistiques, tout en créant un Intranet afin de faciliter la communication à l’interne», détaille Jasmine Leuthold, directrice des ressources humaines, qui souligne sinon les bons résultats enregistrés lors de cette première consultation.

Fierté et loyauté vis-à-vis de l’employeur

Quid de celle menée en 2019? Elle a de nouveau été conduite par Mediactif sous la forme du baromètre QVT (qualité de vie au travail), dont l’intérêt est d’être commun à une trentaine d’entreprises suisses issues de plusieurs secteurs d’activité (assurance, banque, industrie, santé, services, etc.). L’avantage de ce benchmarking, selon Mediactif, est de permettre non seulement un analyse des performances propres à l’entreprise, mais aussi une comparaison avec les autres contributeurs. Ainsi, sur la base de ce questionnaire articulé autour de neuf thèmes et d’une soixantaine de questions, Interiman Group a pu à la fois se situer par rapport aux autres opérateurs et évaluer sa progression depuis 2017.

Sur ce dernier point, le résultat est particulièrement réjouissant. «D’une part, nous avons de nouveau pu compter sur un nombre important de participants, 82% de nos collaborateurs ayant pris la peine de répondre à nos questions, ce qui est déjà en soi un indicateur positif. D’autre part, nous avons au minimum obtenu la même note qu’il y a deux ans, voire progressé dans un certain nombre de domaines, à commencer par les critères liés à la fierté et à la loyauté vis-à-vis de l’employeur», relève Jasmine Leuthold, en précisant que la question sur la fierté avait débouché sur une évaluation tout à fait positive. «Près d’un collaborateur sur deux, 47% pour être précis, nous a attribué la note maximale de 6, et 29% la note de 5, d’où une note globale de 5,1, supérieure à celle du benchmark.»

La direction en phase avec la base

La tendance positive se traduit aussi dans les réponses spontanées des personnes interrogées à qui l’on demandait de décrire en trois mots Interiman Group. «Les termes "motivant" et "dynamique" ont été cités par 37% de nos collaborateurs, tandis 29% d’entre eux ont évoqué des notions telles que "humain", "agréable", "familial" ou encore "bonne ambiance". Le résultat est d’autant plus réjouissant que chacun devait formuler sa propre réponse, et non pas choisir parmi des termes présélectionnés», poursuit la DRH de Interiman Group.

Parmi les autres points forts du groupe révélés par l’enquête de satisfaction figurent la valorisation du travail, les attentes claires, la relation entre collègues, la confiance du responsable, le sens du travail, la personne de contact en cas de problème et la mise à profit des compétences. «S’il fallait citer un domaine où nous pourrions faire mieux, ce serait celui en lien avec les espaces de repos. Dans ce cas précis, nous sommes toutefois conscients qu’avec une soixantaine de sites de travail répartis dans toute la Suisse, il est difficile de faire un sans-faute. Last but not least, l’enquête a aussi révélé que la corrélation entre les résultats du sondage et la vision que la direction a des conditions de travail est plutôt bonne, preuve que les responsables ne sont pas déconnectés du terrain», conclut Jasmine Leuthold.

A découvrir également

Voir toutes les news