Parallèlement à la création de SPS-Switzerland Payroll Services SA, Interiman Group vient de lancer Switzerland Freelance Marketplace. Cette plateforme gratuite et unique en son genre a pour but de mettre en lien les indépendants et les entreprises à la recherche de talents dans quatorze activités tertiaires, tout en s’appuyant sur les services de portage salarial de la nouvelle entité du groupe. A la clé: une simplification administrative et une meilleure couverture sociale, dixit Serge Pittet, chef de projet.

Serge Pittet, vous êtes chef de projet au sein de Interiman Group. A ce titre, vous avez activement participé au développement de la plateforme Switzerland Freelance Marketplace. De quoi s’agit-il exactement?

Derrière ce nom qui renvoie directement à SPS-Switzerland Payroll Services se cache une plateforme d’un genre nouveau. Son objectif est de mettre en relation les travailleurs indépendants avec les entreprises à la recherche de talents, et de leur offrir nos services de portage salarial afin de les libérer du volet administratif. S’il est certes gratuit, notre site fonctionne comme un club auquel les freelances doivent adhérer avant de pouvoir proposer leurs services. La sélection que nous opérons est une manière de garantir aux sociétés venant puiser dans notre vivier le sérieux des prestataires de services répertoriés.

Autour de quels secteurs l’offre s’articule-t-elle?

Elle se concentre sur quatorze activités tertiaires à haute valeur ajoutée (comptabilité, consulting, architecture, design, IT, ingénierie, sciences de la vie, etc.). Pour s’inscrire sur notre plateforme, les indépendants doivent fournir un certain nombre d’informations via un formulaire en ligne, afin que nous puissions vérifier leurs compétences. Il ne s’agit pas de garantir la bonne facture des prestations, mais d’écarter d’emblée les profils qui ne correspondraient pas à certains critères. Par ailleurs, les utilisateurs de Switzerland Freelance Marketplace doivent s’engager à être portés par SPS-Switzerland Payroll Services.

Quel est l’intérêt de la formule?

En temps normal, un freelance démarche une entreprise à qui il propose un contrat prévoyant le paiement d’honoraires en échange d’une prestation. Avec notre solution, une fois que le freelance et l’entreprise se sont mis d’accord sur les modalités de la collaboration, ils font appel à un tiers – en l’occurrence SPS-Switzerland Payroll Services – pour le portage salarial. L’intérêt de cette relation tripartite est double: d’une part, le freelance bénéficie de la couverture sociale d’ordinaire réservée aux salariés; d’autre part, l’entreprise a la garantie de se conformer à la législation, notamment en éliminant le risque d’employeur de fait. Par ailleurs, le freelance et l’entreprise sont tous deux libérés du volet administratif, ce qui leur permet de se concentrer sur la réalisation du mandat.  

En termes pécuniaires, qu’est-ce que cela change?

Il y a une différence fondamentale. A travers le portage salarial, l’indépendant ne vend pas une prestation, mais du temps. C’est pourquoi nous avons mis au point un calculateur automatique, disponible gratuitement sur notre site, et grâce auquel il est possible de connaître en quelques clics le montant du salaire net.

Comment ce dernier est-il calculé?

De façon aussi simple que transparente. Sur la base du chiffre d’affaires brut, nous déduisons une commission forfaitaire de 5% qui couvre l’ensemble de nos frais. Au montant ainsi obtenu sont ensuite déduites les charges sociales obligatoires, auxquelles peuvent s’ajouter plusieurs options facultatives, notamment liées aux dépenses forfaitaires ou à un plan de prévoyance pour une épargne défiscalisée. Cela signifie que l’indépendant touchera a priori certes moins d’argent que s’il facturait lui-même ses honoraires, mais cela veut aussi dire qu’il bénéficiera de la même couverture sociale qu’un salarié, et qu’il sera aussi dispensé des formalités administratives et d’éventuels frais de fiduciaire.

Ce modus operandi n’entraîne-t-il pas une précarisation des forces de travail?

Il est important de faire ici la différence entre précarisation et flexibilisation. A l’échelle planétaire, la gestion par projet, qui consiste à solliciter des compétences pointues sur une période limitée de temps, représente une tendance lourde. Pour les entreprises, c’est l’assurance de pouvoir bénéficier des meilleurs talents dans le cadre d’un projet défini, et, pour les indépendants, c’est une façon de préserver une forme d’autonomie, chère aux yeux de la nouvelle génération. Est-ce une précarisation? Je pense qu’il faut plutôt parler de flexibilisation, voire même d’une flexibilisation «sécurisée», puisque notre solution de portage salarial offre une couverture sociale inédite, du moins par rapport à la condition de tout indépendant qui travaille généralement sans filet de sécurité.

  • Partager cet article